Buissons

 

Buissons

Période recommandée : PRINTEMPS

L’élimination des arbres des dehesas, ajoutée à l’abandon des cultures agricoles et de l’élevage, ainsi que d’autres facteurs comme les incendies de forêts, ont favorisé la consolidation d’une végétation avec une prédominance des buissons et des arbustes méditerranéens. Les formations les plus communes sont les plantations de cistes, les plantations de genêts, les genêtières et les plantations d’oliviers sauvages, tandis que dans les zones de plus haute altitude, les bruyères et les champs de genêts purgatifs sont plus fréquents.

Les oiseaux associés à ce type de végétation sont plus nombreux que ce que nous pourrions apparemment attendre, cela dépendant dans une large mesure de la variété d’espèces végétales qui composent les buissons, leur complexité (hauteur, couverture) et de la présence d’autres éléments, comme les pâturages ou les arbres isolés.

Parmi les espèces nidifiantes, signalons la fauvette pitchou, la fauvette à tête noire,  la fauvette à lunettes, la fauvette passerinette, le pipit rousseline, le tarier pâtre, l’agrobate roux et la linotte mélodieuse.

Quand des espaces s’ouvrent dans les buissons et apparaissent les pâturages, il est fréquent de trouver aussi le traquet motteux, le traquet oreillard, le cochevis de Thékla  et même le busard cendré. Dans les zones de plus haute altitude, souvent enneigées en hiver, où il ne pousse que des bruyères et des champs de genêts purgatifs en alternance avec des pâturages de montagne, il est possible d’observer des espèces nidifiantes comme l’accenteur mouchet, le bruant ortolan et le gorgebleue à miroir.

Parmi les ZPS ayant d’importantes superficies de buissons, signalons  la “Sierra de Gata et la Vallée de las Pilas”, “Hurdes” et la “Source de la rivière Gévora”.