1. Birding in Extremadura
  2. L’Estrémadure et lex Oiseaux
  3. Dehesas (pâturages) de Jerez

Dehesas (pâturages) de Jerez

 

Dehesas (pâturages) de Jerez

Localisation et accès

L’itinéraire se trouve dans les dehesas de Jerez de los Caballeros, au sud-ouest de la province de Badajoz, où il y a une des masses forestières de chênes verts et de chênes-lièges les plus étendues et les mieux conservées de la péninsule ibérique. Les itinéraires proposés partent de la commune de Jerez de los Caballeros, à laquelle nous accédons par le nord et par le sud depuis la route N435 et par l’est et l’ouest en prenant la route EX-112, depuis l’A-66 (Zafra) et Villanueva del Fresno.

 

Description de l’itinéraire

L’itinéraire est un parcours mixte de route goudronnée et de chemins de terre, d’une longueur totale d’environ 105 kilomètres, dont seulement 10 s’effec-tuent sur les chemins. Nous partons donc de la commune de Jerez de los Caballeros, qui est aussi le point d’arrivée de cet itinéraire proposé. Il est conçu pour être réalisé en voiture et en une seule journée, en faisant des arrêts et des courtes promenades aux points et aux lieux d’observation les plus intéressants. À l’exception des cultures d’irrigation de l’Ardila et du lac de retenue de Valuengo, l’itinéraire passe la plupart du temps par des paysages où prédominent les plantations de chênes verts et de chênes-lièges, uniques ou mixtes, qui forment des monts creux ou des dehesas ou encore des masses plus épaisses et forestières, souvent accompagnées de pyrus (poiriers sauvages) ou galaperos (nom donné aux poiriers sauvages en Estrémadure). Cette contrée naturelle des sierras de Jerez de los Caballeros nous montre dans toute sa splendeur l’essence du paysage d’Estrémadure : la dehesa. Une immense extension de chênes verts et de chênes-lièges, avec de nombreuses forêts mûres dans un excellent état de conservation, tapisse les reliefs ondulés des contreforts de la Sierra Morena et constitue avec les contrées andalouses voisines le plus grand ensemble de forêt sclérophylle continue du sud-ouest de l’Espagne. En fait, cette région est la principale réserve d’arbres autochtones d’Estrémadure, avec environ 350 000 hectares, soit 40% de la surface d’arbres de la région, dont 100 000 hectares correspondent aux dehesas de Jerez de los Caballeros. La qualité de ses forêts et de ses dehesas et la richesse d’espèces reproductrices comme la cigogne noireont permis à cette région d’être déclarée Zone de protection spéciale (ZPS).

Nous commençons le parcours dans la commune de Jerez de los Caballeros, en prenant la route N-435 en direction de Fregenal de la Sierra. Avant de passer le pont sur la rivière Ardila, nous tournons à gauche au point (X:0699392,
Y: 4241573) pour prendre la route qui nous conduit à la commune de Valuengo et de là, nous nous rendons au lac de retenue de Valuengo, en prenant la route à droite au point (X:0700264, Y: 4242231). Une fois au lac de retenue, du mur en aval, nous pouvons observer des hérons cendrés, des aigrettes garzettes et des grands cormoransen train de pêcher ou de s’exposer au soleil sur les ardoises. Avec un peu de chance et de patience, il est fort possible d’observer une loutrejouant et s’amusant dans l’eau. De là, nous continuons en empruntant un chemin de terre qui parcourt le périmètre du lac de retenue en nous offrant des vues sur des zones étendues et des détours de chemin où nous pourrons observer d’importantes concentrations hivernales d’anatidés (canard colvert, canard siffleur, canard souchet, foulque macroule…), de cormorans, de grèbes huppés et de grèbes castagneux. Dans les eucalyptus de la rive d’en face, il y a un nichoir important de cormorans et à la fin de l’été, il est possible d’observer des groupes de cigognes noires, concentrées avant d’entreprendre leur voyage migratoire de retour en Afrique.

L’itinéraire se termine à l’extrémité de la ferme de La Parrilla, d’où nous revenons à Jerez de los Caballeros, en empruntant le même chemin. D’ici, nous prendrons la route EX-112 en direction d’Oliva de la Frontera puis la déviation à droite vers la commune d’Higuera de Vargas au point (X:0691600, Y: 4244694). Nous constaterons sur cette route la relation étroite entre la vie sauvage et les systèmes de production traditionnels équilibrés avec l’environ-nement. Les températures bénignes de l’hiver rendent très agréable une promenade dans les dehesas, où il est fréquent de voir l’image des escouades d’élagueurs et les charbonnières ou “boliches”, constructions laborieuses destinées à la production artisanale d’un charbon végétal d’excellente qualité qui a fait la célébrité de la commune de Zahínos. Avec cela, la véritable source de richesse des communes de ces sierras est le porc ibérique, dont le passage sur les monts est décisif pour l’engraissement et pour affiner ses charcuteries et ses jambons qui portent communément l’appellation de “pata negra”. Nous observerons sur notre passage quelques pies bleues, étrangement très rares, et dans les forêts les plus mûres, les plus épaisses et les mieux conservées, le pic mineuret le rougequeue à front blanc, un reproducteur estival peu fréquent, dont la concentration principale est cette zone géographique de l’Es-trémadure. Arrivés à Higuera de Vargas, nous tournerons à gauche pour prendre la route EX-311 en direction de la N-435 et de là, à droite vers la com-mune de Barcarrota. Dans ce village, nous prendrons la route en direction des communes de Salvaleón et Salvatierra de los Barros, commune célèbre pour ses potiers, qui mérite bien une visite. L’itinéraire est spectaculaire quant aux paysages, car il passe par le versant ombragé de la “Sierra de Peña Utrera”, avec des chênes-lièges et des chênes rouvres de jolie taille et de merveilleuses vues sur les vallées des alentours et sur la Sierra de Valbellido, sur les rochers de laquelle il est possible de voir des vautours fauves. Arrivés à Salva-tierra, nous prendrons la route BA- 3021 en direction de la Vallée de Santa Ana et la N-435, probablement l’itinéraire le plus spectaculaire de tout el parcours. Pendant plus de 25 kilomètres, la route traverse un paysage tapis d’ar-bres où il n’est pas rare d’observer la cigogne noire volant bas ou pêchant dans un ruisseau ou une mare d’une dehesa.

 

Valeurs ornithologiques

Les plantations de chênes verts et de chênes-lièges abritent de riches communautés d’oiseaux, qui ont un intérêt particulier en raison de la présence d’espèces menacées comme la cigogne noire, qui trouve dans ces vastes extensions d’arbres le meilleur allié pour passer inaperçue pendant la période de reproduction. En hiver, une petite partie de la population passe la saison en couple ou en petits groupes répartis sur les innombrables mares pour le bétail présentes dans la zone et en été, se produisent les concentrations pré-mi-gratoires ou postnuptiales, avant le voyage migratoire de retour aux quartiers d’hivernage en Afrique subsaharienne. Au printemps, nous pouvons également souhaiter la bienvenue aux aigles bottés, aux circaètes Jean-le-Blancet autres espèces estivales venues d’Afrique en compagnie d’une longue liste de milliers de petits oiseaux qui passent inaperçus, cachés dans la ramure des arbres. Les bruyantes pies bleuessont très communes dans les chênes verts, où elles installent leurs colonies de nichées tout comme les cigognes blanches, les palombes, les coucous geais, les grives draines, les étourneaux et les huppes fasciées, qui ont aussi des populations nombreuses dans la zone. Au fil du temps, les centenaires chênes verts et chênes-lièges des forêts le plus mûres on donné refuge dans les cavités de leurs troncs et sur leurs branches à de nombreuses espèces animales. C’est la raison qui explique l’abondance de rapaces
nocturnes comme les chouettes hulotteset les effraieset des mammifères comme la genette ou le lérot. Ces forêts mûres et âgées constituent le meilleur habitat possible pour le pic mineur et le rougequeue à front blanc.

Le lac de retenue de Valuengo est le centre d’importantes concentrations hivernales de grèbe huppéet il existe un nichoir hivernal de grand cormoran dans les eucalyptus de la rive. Il conviendrait de signaler que c’est dans ce lac de retenue que fut enregistrée une des premières citations de cette espèce en tant que reproductrice en 1993.

 

Phénologie d’itinéraire

Cet itinéraire peut être réalisé à n’importe quel moment de l’année. Comme nous l’avons signalé pour d’autres itinéraires, le printemps est la saison la plus favorable, avec de bonnes températures pendant la journée et le retour des oiseaux estivaux : la cigogne noire, l’aigle botté, le circaète Jean-le-Blanc… Le printemps est également la période de reproduction, et comme recommandation générale pour tous les itinéraires, nous ne devons pas sortir de l’itinéraire établi. Nous éviterons ainsi de déranger les oiseaux pendant cette période sensible. L’été est très chaud, il nous faudra donc nous hydrater et nous protéger comme il se doit du soleil, en évitant de sortir au cœur de la journée, ces heures étant, qui plus est, les moins favorables pour observer des oiseaux.

 

Autres valeurs environnementales et culturelles

Outre la ZPS “Dehesas de Jerez”, il y a dans la contrée plusieurs espaces naturels du Réseau Natura 2000. Il conviendrait de citer le Corridor écologique et de biodiversité de la rivière Alcarrache, la ZPS du lac de retenue de Valuengo, avec d’importantes populations d’oiseaux aquatiques, comme le grèbe huppé et le cormoran et les SIC des Sierras de Alor y Monte Longo et de la Sierra de María Andrés, toutes deux avec d’excellentes populations d’orchi-dées calcicoles. Citons également les SIC du fleuve Guadiana International, de la rivière Ardila Alto et Ardila Bajo et du rivage des Limonetes-Nogales.

Les dehesas de Jerez et leur environnement sont considérées comme la “patrie” du porc ibérique, ce qui a converti cette contrée en l’une des plus importantes en ce qui concerne la production de jambons et de charcuteries de porc ibérique de la Péninsule. Ce fait est reflété lors de l’important “Salon du Jambon ibérique”, qui a lieu chaque année à Jerez de los Caballeros et dans les nombreuses exploitations porcines ayant obtenu l’appellation d’origine “Dehesa de Extremadura”.

Signalons les ensembles historiques et artistiques de Jerez de los Caballeros, Fregenal de la Sierra et Zafra.

La Semaine sainte de Jerez de los Caballeros et la Passion Vivante d’Oliva de la Frontera sont déclarées fêtes d’intérêt touristique régional, tout comme le Festival de la Sierra, qui a lieu du 10 au 15 août à Fregenal de la Sierra. La contrée est riche en monuments mégalithiques. Il convient de signaler l’en-semble de dolmens et de menhirs de Barcarrota et le “dolmen del Toriñuelo”, à Jerez de los Caballeros.

Sont également dignes d’intérêt le Pozo de la nieve (Puits de la neige), le Château et le Musée de la Poterie à Salvatierra de los Barros, une commune réputée pour ses ateliers de poterie et ses cruches en argile rouge.