1. Birding in Extremadura
  2. L’Estrémadure et lex Oiseaux
  3. Barrage de Los Canchales

Barrage de Los Canchales

 

del Barrage de Los Canchales

Localisation et accès

Le barrage de Los Canchales se trouve dans la province de Badajoz, au nordouest des communes de La Garrovilla et Esparragalejo et il fut construit sur la Rivera de Lácara, un cours fluvial qui nait dans la Sierra de San Pedro et se jette sur la rive gauche du fleuve Guadiana. Nous pouvons y accéder depuis la route EX-305 entre Montijo et la Nava de Santiago, en disposant de deux entrées entre les bornes kilométriques 8 et 13 qui conduisent vers la zone ouest du barrage. Il est également possible d’arriver jusqu’aux extrémités du barrage en prenant une piste qui part des environs d’Esparragalejo.

L’accès est recommandé depuis la route EX-209 à son passage dans la commune de La Garrovilla, où est signalisée la piste goudronnée qui conduit directement au mur du barrage, le point de départ idéal pour une excursion ornithologique.

 

Description de l’itinéraire

L’itinéraire commence à La Garrovilla et ensuite, après avoir parcouru environ 7,5 kilomètres sur une piste goudronnée, nous arrivons au mur du barrage de Los Canchales. Ce premier tronçon est très intéressant car il traverse des terrains consacrés à la culture sèche de céréales, de tournesol et d’oliviers. Aux alentours du barrage, il y a plusieurs panneaux d’information sur les normes de visite et les itinéraires à suivre.

Le reste de l’itinéraire se déroule sur une piste périmétrale en terre d’une longueur de plus de 23 kilomètres, construite sur la cote d’i-nondation maximale du barrage et qui permet de le parcourir entièrement.

Environ 80 mètres avant d’arriver au barrage, nous prendrons la piste qui sort à droite, juste avant la zone de stationnement et le Centre d’interprétation de la Confédération hydrographique du Guadiana, et qui descend directement jus-qu’à la rive du cours d’eau. Nous effectuerons le premier arrêt après avoir parcouru 800 mètres, en arrivant à la digue artificielle qui se jette dans le barrage et qui dispose d’un observatoire à son extrémité. Environ 4 kilomètres plus loin, nous arrivons à l’extrémité du barrage, une zone d’eaux peu profondes et où peuvent encore s’apprécier les bras sinueux de la Rivera de Lácara. Quand le niveau de l’eau est très bas, on peut prendre un chemin alternatif qui réduit notablement le parcours. L’itinéraire continue sur la rive droite du barrage, en passant par deux des baies les plus fréquentées par les oiseaux et situées face à un groupe d’îles artificielles. Ensuite, la piste s’éloigne du barrage et nous amène momentanément jusqu’à la route EX-305 (Montijo-La Nava de Santiago) et nous devrons parcourir environ 1770 m  en direction de Montijo jusqu’à trouver une piste à gauche qui nous conduit à nouveau au barrage. En suivant la piste, nous arrivons jusqu’à une retenue d’eau construite sur une des baies du barrage et 600 mètres plus loin, nous trouverons une digue qui nous permettra d’observer les oiseaux et un sentier qui peut être parcouru à pied par la rive, qui nous plonge dans un coteau épais de buissons et d’arbustes. Dans les 3 derniers kilomètres, la piste emprunte une petite colline avant d’arriver ensuite au mur du barrage, où le parcours finit.

 

Valeurs ornithologiques

Le Barrage de Los Canchales est déclaré Zone de protection spáciale (ZPS) et est considéré en outre “Zone humide d’importance internationale”. Il présente des conditions très favorables pour l’établissement de nombreuses espèces d’oiseaux, car il dispose de grandes surfaces d’eaux peu profondes, maintient différents types de végétation associés à l’eau (joncheraies, prairies, champs de roseaux et formations de nerpruns, de frênes et de saules) et se trouve entouré de dehesas de chênes verts et de grandes extensions de cultures sèches et d’irrigation. En outre, la Confédération hydrographique du fleuve Guadiana a mené à bien de nombreuses actions pour favoriser la présence des oiseaux, comme la construction d’îles artificielles, de mares et de lagunes, de digues, de barrages de retenue d’eau, d’améliorations d’habitat, etc.

Pendant la période de reproduction, signalons les populations d’oiseaux coloniaux qui nidifient dans les îles, parmi lesquelles se trouvent des colonies de glaréole à collier, de sterne hansel, de sterne naine et d’échasse blanche. D’au-tres oiseaux aquatiques nidifient également comme le canard colvert, le canard chipeau, la foulque macroule, le grèbe castagneux, le grèbe huppé et la mouette rieuse. Il y a des lieux de reproduction de guifette moustac et de guifette noire.

Pendant le passage migratoire postnuptial, il accueille de nombreuses espèces et de grandes concentrations d’oiseaux. Signalons la présence des oiseaux de rivage, avec la possibilité d’observer le bécasseau variable, le bécasseau minute, le bécasseau cocorli, le bécasseau maubèche, le grand gravelot, le chevalier gambette, le chevalier aboyeur, le chevalier arlequin, le pluvier argenté, le tournepierre à colliers, le chevalier sylvain ou la barge rousse. Au cours des mois d’été, les concentrations de cigogne blanchesur ses rives sont spectaculaires, puisqu’elles dépassent les 500 exemplaires. Cette zone est considérée comme l’une des plus importantes pour la saison d’hiver et le passage migratoire de la spatule blanche, qui est allée jusqu’à couver aussi dans le barrage.

En hiver, signalons les populations d’anatidés (canard colvert, canard pilet, canard siffleur, canard chipeau, canard souchet, fuligule milouin, sarcelle d’hiver, oie cendrée) qui dépassent les 10 000 exemplaires, les concentrations de goéland brun et de mouette rieuse, ainsi que la présence stable durant l’hiver d’un certain nombre de grues cendrées (plus de 1500 oiseaux), dont le gîte se trouve sur les rives du barrage.

Dans les terres irriguées et les dehesas des environs du barrage, nous pourrons également observer des espèces très intéressantes (rapaces, oiseaux des steppes) et il convient aussi de s’arrêter dans les fréquentes touffes de chênes kermès, de myrtes et d’oliviers sauvages, car elles abritent en général des passereaux intéressants (fauvette passerinette, fauvette orphée, hypolaïs polyglotte, traquet rieur ou agrobate roux).

 

Phénologie

N’importe quelle saison est recommandable, mais il faut tenir compte de fait que la date de visite conditionnera les espèces que nous allons trouver. À la difference d’autres lieux, les mois d’été sont très intéressants pour l’observation des oiseaux.

 

Autres valeurs environnementales et culturelles

Embouchure de la rivière Aljucén. En suivant la route EX-209 en direction de Mérida et en passant la commune d’Esparragalejo, nous trouverons le cours de l’Aljucén, un lieu très recommandé pour l’observation des oiseaux (crabier chevelu, talève sultane et héron pourpré). Il est pourvu d’un observatoire.

Dolmen de Lácara. Au nord du Barrage de Los Canchales, nous trouverons cet intéressant tombeau collectif aux grandes dimensions et en excellent état de conservation, qui date du Chalcolithique. Nous y accédons en suivant la route EX-214 de La Nava de Santiago à Aljucén.